Err

ECOLOGIE - ENERGIE

22,00 EUR
GRETA  A TUÉ EINSTEIN

de Jean-Paul Oury

L'écologisme n'est plus l'apanage d'une irréductible poignée de chevelus adeptes du potager bio. 

À la faveur de l'urgence climatique, une jeune prophétesse incarnant l'idée universelle du Bien propage la vision messianique d'un avenir sombre. « There is no alternative » : l'heure de l'apocalypse écologique a sonné. La prosternation est notre seule voie de salut..

 1 vol. 16 x 24
182 p.
décembre 2020

24,00 EUR
AGRIBASHING

Une violence qui s’ignore
de Alexandre BAUMANN 

L’agribashing est un problème de grande ampleur promu par un petit groupe de personnes intéressées, surfant sur des tendances sociétales. C’est un phénomène qui se construit depuis plusieurs dizaines d’années autour de la pseudo-écologie, de l’anticapitalisme, de ce qu’on pourrait appeler l’hygiénisme (la nature doit rester « pure ») et de l’antispécisme.

Ce livre présente ce système et ses mécaniques.

Vous y découvrirez notamment :

·         la réalité de l’agriculture racontée par ceux qui la font ;

·         les dégâts considérables causés à la société et à l’environnement par l’agribashing ;

·         toute une économie agribashiste représentant plusieurs dizaines de milliards d’euros.

Surtout, vous réaliserez que l’écologie politique n’a rien d’écologique et tout de politique.

1 vol. 16 x24
210 pages
Septembre 2021

15,00 EUR
ECOLOGISMEAssaut contre la société occidentale

de Samuel FURFARI

Nous sommes plus qu’encouragés à vivre écolo et bio. On a aussi entendu un écologiste français très médiatique déclarer que le Covid 19 était « la vengeance de Gaïa »…

Suivre l’écologisme n’est désormais plus un choix, mais une obligation. L’homme, notre prochain, passe à l’arrière-plan face à la nature, qui est devenue un absolu. On nous répète que pour sauver l’humanité, il faudrait la réduire par dix.

Et pourtant… La vraie protection de l’environnement ne passe-t-elle pas d’abord par celle de l’humain ? Pourquoi les écolos veulent-ils une transformation si radicale, voire la disparition de notre civilisation ?

Ce livre démontre à quel point l’écologisme a, de manière plus subtile que le marxisme-léninisme, gagné du terrain ces dernières décennies et lance un signal d’alarme contre le risque qu’il devienne, à terme, aussi répressif et violent envers l’homme. 

Il révèle que la protection de l’environnement ne passe pas que par la réduction des gaz à effet de serre, l’objectif utopique du XXIe siècle, combien nous perdons peu à peu ce beau principe de « jouir de la vie », qui participe pourtant à une communion avec la nature et ses bienfaits, et combien la frugalité du monde bucolique vert n’intéresse pas la grande majorité de la population mondiale.

1 vol. 15 x 21
130 pages
Mai 2021


20,00 EUR
GRETA A RESCUCITÉ EINSTEINLa science entre les mains d’apprentis dictateurs
de Jean-Paul OURY

Voici le deuxième tome de la trilogie des « Greta » de Jean-Paul Oury qui fait suite à Greta a tué Einstein. Dans le premier essai, l’auteur au travers de moult exemples traite de « la science sacrifiée sur l’autel de l’écologisme ». Il montre comment une idéologie a dénigré la science prométhéenne (OGM, Nucléaire, Antennes relais/5G, Glyphosate…), pour imposer des pseudosolutions labellisées « made in nature » (Bio, Energies renouvelables, véhicule électrique, homéopathie…) et qui sont en fait le cheval de Troie de la décroissance.
Mais si la science et le progrès technologique ont été décrédibilisés à tort, il faut bien reconnaître que, récemment, le mot « science » n’a jamais été autant entendu dans la bouche des politiques qui l’utilisent désormais à toutes les sauces.
Ainsi, Greta qui s’était fait connaître en appelant à la grève des cours (une attaque contre la transmission du savoir) dans un revirement inattendu, s’est mise tout d’un coup à commander aux politiques « d’écouter la science ». Filant la métaphore, Oury s’interroge donc : pourquoi après avoir tué Einstein, Greta a-t-elle décidé de le ressusciter. Dit autrement : S’ils ne veulent plus entendre parler de la science pour « transformer le monde », pourquoi certains politiques de gauche et de droite (et pas seulement des idéologues verts) s’appuient-ils désormais sur elle pour gouverner ?
Voici la question à laquelle entreprend de répondre cet ouvrage au travers de cinq études de cas. La science n’est plus ce qu’elle était et l’usage que veut en faire la société semble tout différent. Comment les politiques entendent établir de nouvelles lois – parfois discrétionnaires – en utilisant ce que dit la science sur la catastrophe climatique, l’épidémie de Covid, la 6e extinction, la finitude du monde ou encore l’épidémie de malbouffe…
Au travers de chacun de ces thèmes, l’auteur montre comment les décideurs s’appuient cyniquement sur une vision dévoyée de la science qu’ils instrumentalisent pour établir de nouvelles lois et restreindre nos libertés.
Il met au jour comment la science des ingénieurs se retrouve aux prises avec la science des législateurs… un débat qui oppose désormais deux visions antithétiques de la société et qu’il résume dans une opposition politique entre Grétatistes – les partisans de la décroissance – et Pinkeristes – les partisans d’un progrès mesuré.
Opposition qui soulève une ultime question : où doit s’arrêter la science des ingénieurs et commencer celle des législateurs… Une énigme qui restera en suspens dans l’attente d’un troisième ouvrage qui viendra clore la trilogie.

1 vol. 16 x 24
186 pages
Parution juin 2022