Err

ALGERIE : LA GUERRE DES CLANS

20,00 EUR
Demande d'information
ALGERIE : LA GUERRE DES CLANS
A bas l'ancienne bande, vive la nouvelle !
de KAMEL LAKHDAR CHAOUCHE & LINDA SOUMMAM

Algérie : La guerre des clans montre une nouvelle approche d’analyse et d’écriture. Il ne s’agit pas d’un travail issu de recherches universitaires traitant de l’histoire politique de l’Algérie. Ce livre s’inscrit dans une démarche journalistique. Il met en scène la guerre des clans, celle de certains généraux prêts à marcher sur les cadavres des Algériens pour défendre leurs intérêts et ceux de leurs progénitures. À ce titre, l’Algérie est un cas d’école en matière de répression et de corruption. Corruption massive, dilapidation de la rente pétrolière, abus de pouvoir, chantage, ramifications avec des réseaux financiers nationaux et internationaux, bradage du foncier et de l’immobilier national, complot contre l’armée, espionnage et opérations visant à la déstabilisation du pays sont autant de chefs d’inculpation prononcés par la « nouvelle Algérie », et cela continue.

Le même scénario se répète depuis l’indépendance, l’histoire se faisant par la violence et la force et chaque époque accouchant de ses monstres. C’est gravé dans la mémoire nationale : Le système militaire algérien fonctionne selon l’alternance clanique alors que le politique est rabaissé au rang de faire-valoir.  Dans ce livre, il n’est question que de la haute hiérarchie militaire, les généraux. Trop c’est trop. Le ras-le-bol généralisé a poussé les Algériens à se rassembler dans un formidable soulèvement populaire à travers les quatre coins du pays. Le Hirak, mouvement horizontal, pacifique et national, est né le 22 février 2019.  Ce livre revient sur la révolution pacifique, portée par le Hirak, sur les aspirations du peuple algérien privé de son pouvoir souverain, dépossédé de ses richesses, humilié et voué à la répression sauvage.

De Ben Bella en 1962 au président Tebboune imposé avec arrogance par le chef d’état-major, nul président n’échappe à la tutelle des militaires. Le vrai pouvoir, celui des généraux, s’exerce ainsi par le biais d’une façade civile sans pouvoir réel. Tout le reste (partis politiques, réseaux associatifs et religieux qui agissent dans les différentes institutions gouvernementales et parlementaires…) n’est que le décorum d’un cabinet noir tapi dans l’ombre, lequel s’est adjugé le pouvoir de disposer de la richesse nationale et, pire, le droit de vie ou de mort sur chaque Algérien.

1 vol. 16 x 24
228 pages
Juin 2022